CESSP - Centre européen de sociologie et de science politique


Rechercher




Accueil > Membres > Doctorants > VALLOT Pauline

VALLOT Pauline

Doctorante CESSP-CSE

JPEG - 504.5 ko

Centre européen de sociologie et de science politique
CESSP, UMR 8209, CNRS
CSE - Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
54 boulevard Raspail
75006 Paris

Contact : pauline.vallot@ens.psl.eu

Thèmes de recherche

  • Sociologie des migrations ;
  • Mobilité sociale ;
  • Stratification sociale à l’échelle transnationale ;
  • Articulation des rapports sociaux de genre, de classe et de « race » ;
  • Sociologie de l’enseignement supérieur ;
  • Sociologie de l’expertise : politiques migratoires et savoirs chiffrés ;
  • Comparaison franco-allemande ;
  • Articulation des méthodes quantitatives et qualitatives.


Thèse :
Une immigration déqualifiée. Diplômé·es d’études longues à la périphérie des professions supérieures françaises et allemandes

Thèse en cotutelle franco-allemande pour l’obtention d’un doctorat en sociologie sous la direction de Anne-Catherine WAGNER (CESSP - Paris 1) et de Silke HANS (Université de Göttingen, Allemagne)

Soutenance le 9 septembre 2020 à 9h sur le campus de Jourdan (salle Madeleine Rebérioux) - 48 boulevard Jourdan - 75014 Paris

Composition du jury :

Cris BEAUCHEMIN, Directeur de recherche à l’INED, président
Ioana CÎRSTOCEA, Chargée de recherche au CNRS, examinatrice
Silke HANS, Professeure à l’Université de Göttingen, co-directrice de thèse
Catherine MARRY, Directrice de recherche émérite au CNRS, rapportrice
Camille PEUGNY, Professeur à l’Université Saint-Quentin-en-Yvelines, rapporteur
Anne-Catherine WAGNER, Professeure à l’Université de Paris 1, co-directrice de thèse


Résumé de la thèse / Abstract

**english version below**

Une immigration déqualifiée. Diplômé·es d’études longues à la périphérie des professions supérieures françaises et allemandes

Contre le schéma d’un marché migratoire globalisé des « talents » qui s’orienteraient en direction des pays les plus « attractifs », cette thèse vise à étudier les facteurs sociaux qui déterminent les trajectoires géographiques et professionnelles des diplômé·es du supérieur ayant migré à l’âge adulte vers la France ou l’Allemagne. Elle s’appuie sur l’exploitation de données statistiques (Mikrozensus allemand et enquêtes Emploi de 2005 à 2010 ; enquête Trajectoires et Origines, 2008) et sur des entretiens auprès de docteur·es et ingénieur·es immigré·es. À rebours de l’idée d’un système unifié défendue par les expert·es de l’OCDE, la première partie met en lumière deux espaces de circulation majeurs et largement cloisonnés : du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne vers la France d’une part, de l’Europe centrale et orientale vers l’Allemagne d’autre part. Elle décrit la manière dont l’influence linguistique, éducative et économique des pays d’arrivée sur les pays périphériques d’origine donne sens aux orientations migratoires. La seconde partie explore les dimensions matérielles et symboliques de la mobilité sociale souvent descendante induite par la migration. Dans le pays d’arrivée, les rapports de pouvoir liés à la nationalité, à la langue, au pays de formation et à la « race » se déclinent selon le genre et expliquent que les immigrés, et surtout les immigrées, soient maintenu·es aux marges des professions supérieures françaises et allemandes malgré leurs diplômes. Ce travail vise ainsi à actualiser et à spécifier l’opposition entre pays centraux et périphériques grâce à l’analyse de deux systèmes migratoires contemporains aux logiques contrastées.


Deskilled immigrants. Higher educated people at the periphery of the French and German upper occupations

Against the theoretical scheme of a global market for “talents” that would turn towards the most “attractive” countries, this doctoral dissertation puts under scrutiny the social factors that determine geographical and occupational trajectories of higher educated migrants arrived at the adult age in France or Germany. It is grounded on empirical data that combines statistical surveys (French and German Labor Force Surveys between 2005 and 2010 ; Trajectoires et Origines survey, 2008) and interviews with immigrant doctors and engineers. Contrary to OECD experts who support the idea of a unified system, the first part highlights the existence of two main systems of circulation that are widely separated : North Africa and sub-Saharan countries towards France on the one hand, Central and Eastern Europe towards Germany on the other. It shows the way linguistic, educative and economic influence of the countries of arrival on the countries of origin explains the migratory patterns. The second part is focused on the material and symbolic dimensions of the often downward social mobility triggered by migration. In the country of arrival, the power relationships based on nationality, language, country of education and race are interacting with gender and explain why immigrants, particularly women, remain at the margins of French and German upper occupations in spite of their degrees. Hence, the study aims to update and specify the opposition between central and peripheral countries through the analysis of two contrasted contemporary systems of migration.

Formation

  • Depuis 2014 : Doctorante en sociologie, cotutelle franco-allemande (Université Paris 1 / Université de Göttingen)
  • 2013-2014 : Stage de recherche de 10 mois à l’Université de Brême, Allemagne
  • 2012-2013 : Agrégation de Sciences économiques et sociales / M2 Formation à l’Enseignement supérieur, ENS Paris/ENS Paris-Saclay
  • 2011-2012 : M2 SocStat « Sociologie et statistiques » (EHESS/ENSAE/ENS Paris)
  • 2010-2011 : M1 de sociologie à l’Université de Warwick, Royaume-Uni (partenariat Erasmus)
  • 2009-2014 : ENS de Cachan (devenue ENS Paris-Saclay)
  • 2007-2009 : Classe préparatoire B/L « Lettres et sciences sociales »

Enseignements

Depuis 2018 : Agrégée préparatrice (plein temps) au département de sciences sociales de l’ENS Paris .

Pour plus de précision sur le contenu des cours, voir ma page personnelle sur le site de l’ENS : ici.

  • Préparation au thème d’écrit « Justice et injustices sociales » de l’agrégation de SES, 30h
  • Préparation aux épreuves orales de l’agrégation de SES
  • Cours de « Statistiques descriptives en sciences sociales » (avec initiation à R), 24h, M1 Pratiques de l’interdisciplinarité en sciences sociales (ENS/EHESS)
  • Cours d’ « Analyses géométriques et classifications » (avec applications sur R), 24h, M1 Quantifier en sciences sociales (ENS/EHESS)
  • Cours d’introduction au logiciel SAS, 12h, M1 Quantifier en sciences sociales (ENS/EHESS)

2017 – 2018 : ATER (mi-temps), UFR d’administration économique et sociale (IAES) de Paris 1

  • Travaux dirigés « Sociologie des politiques sociales », 36h, M1 AES
  • Travaux dirigés « Sociologie des relations sociales », 36h, L2 AES

2014 - 2017 : Doctorante contractuelle avec mission d’enseignement, UFR d’administration économique et sociale (IAES) de Paris 1

  • Travaux dirigés « Sociologie des relations sociales », 36h, L2 AES
  • Travaux dirigés « Sociologie des groupes sociaux », 24h, L1 AES

2012 : Enseignante vacataire, UFR d’économie à Paris 1

  • Travaux dirigés « Probabilités et statistiques », 24h, L2 d’économie.

Publications

Articles dans des revues à comité de lecture

  • (avec Miguel Herrera, Vincent Hugoo et Laure Traoré) « Sonder les décalages avec nos étudiant·e·s. Modalités de réception et de mise à distance des enseignements de sociologie en licence AES », Genèses. Sciences sociales et histoire, n° 117, 2019, p. 3-25. Disponible ici.
  • « Le diplôme et la profession. Deux composantes de la classe sociale en France et en Allemagne », L’Année sociologique, n° 70, vol. 2, 2019, p. 425-450. Disponible ici.
  • « Petits-enfants d’immigrés face aux études longues. Un rapport au système scolaire socialement et historiquement situé », Revue française de sociologie, Vol. 57, n° 2, 2016, p. 241-268. Disponible ici.
  • (traduction par Amy Jacob) « Immigrants’ Grandchildren in France and the Desire to Pursue Higher Education. A Socially and Historically Situated Attitude Towards the Education System », Revue française de sociologie, Vol. 57, n° 2, 2016, p. 241-268. Disponible ici.

Communications

Colloques et congrès :

  • « Partir pour la France ou pour l’Allemagne ? L’orientation migratoire des diplômé·es du supérieur entre goût de liberté et goût de nécessité », Congrès de l’Association française de sociologie, RT « Migrations, altérité et internationalisation », 27-30 août 2019, à Aix-en-Provence.
  • « L’établissement d’un palmarès de la « course aux talents » par l’OCDE », Congrès de l’Association française de sociologie, RT « Sociologie des intellectuel·les et de l’expertise », 27-30 août 2019, à Aix-en-Provence.
  • « La migration comme renversement des rapports de pouvoir linguistiques. Pertes et profits des ingénieur·es aéronautiques en mobilité internationale », Ecole Normale Supérieure, Colloque « Mobilités sociales et migrations internationales », 13-14 juin 2019, à Paris.
  • « Incarner des chiffres ? La statistique publique comme support à la constitution d’un corpus d’entretiens qualitatifs », Congrès de l’Association Française de Sociologie, RT 20 « Méthodes », 3-6 juillet 2017, à Amiens.
  • « La mobilité sociale dans la migration. Une analyse des reclassements socioprofessionnels chez les immigré·e·s diplômé·e·s du supérieur », Centre Universitaire de Démographie et d’Etude des Populations, Colloque « Mobilités spatiales et migrations », 19 mai 2016, à Villeneuve d’Ascq.
  • « What is an academic degree worth beyond the country where it was institutionalized ? A quantitative analysis of occupational positions in France among people educated abroad », Trinity College, Colloque « Power, Cosmopolitanism, and the Transformation of European Elites », 8-9 juin 2015, à Dublin.

Ateliers, journées d’étude et séminaires (sélection)

  • « Sociologie comparée des migrations qualifiées vers la France et l’Allemagne : les apports d’un éclairage historique sur la construction des catégories statistiques », Centre Marc Bloch, Journée d’étude « Au-delà des frontières disciplinaires »,10-11 juillet 2018, à Berlin.
  • « Des chiffres au service de la construction d’un problème public international : la « course aux talents » », Séminaire de l’axe « Going global » du CESSP (Paris 1),15 mars 2018, à Paris.
  • (avec le Collectif Feedback) « Et les étudiant·e·s, ils/elles en pensent quoi du cours de sociologie ? », Séminaire des doctorant·es du CESSP, 23 novembre 2018, à Paris.
  • « Le privilège d’une éducation française. Inégalités sociales entre diplômés africains immigrés en France », Laboratoire de Sociologie Quantitative (CREST), Journée doctorale, 21 juin 2017, à Malakoff.
  • « Immigrants at the top ? Socioeconomic Position of the Highly Skilled Immigrants in France and Germany », Université de Brême, Migration Working Group, 4 mai 2017, à Brême (Allemagne).
  • « Quel recrutement à l’étranger en haut de l’espace social ? Position des immigrés de scolarité étrangère au sein des professions diplômées en France et en Allemagne », Université Paris 5, Centre Population et Développement, Séminaire Mobélites, 23 mars 2017, à Paris.
  • « Situer les titulaires d’un diplôme étranger dans l’espace socioprofessionnel français. Exemple d’utilisation de la nomenclature détaillée des PCS », ENS Paris-Saclay, Séminaire Quantitativisme Réflexif, 13 mai 2016, à Cachan.
  • « Die berufliche Position der eingewanderten Akademiker in Frankreich und Deutschland. Eine deskriptive Analyse », Journée doctorale de l’Institut für Soziologie, 17 juin 2016, à Göttingen (Allemagne).

Animation scientifique et recherche collective

  • 2015-2019 : Coordination du Collectif « Feedback », atelier de recherche doctoral sur l’enseignement de la sociologie à l’Université.
  • Printemps 2018 : Co-organisation du séminaire « Comparaison en sciences sociales » à l’EHESS.
  • Octobre 2015 – Décembre 2016 : Co-organisation du séminaire doctoral autogéré du Laboratoire de Sociologie Quantitative.
  • Juin 2015 : Co-organisation de la journée doctorale du Laboratoire de Sociologie Quantitative (LSQ-CREST).

Responsabilités administratives et électives

  • Représentante des doctorant·es au sein du conseil de laboratoire du CESSP (2015-2017)
  • Représentante des doctorant·es au sein du conseil d’équipe du CSE, EHESS/Université Paris I Panthéon-Sorbonne (2015-2017)

Financements et support matériel

  • Allocation doctorale de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan (2014-2017)
  • Aide à la mobilité du Labex TEPSIS pour un séjour de 6 mois à l’Université de Göttingen (avril-septembre 2016)
  • Soutien à la cotutelle par l’Université franco-allemande (UFA-DFH)
  • Affiliation au Laboratoire de Sociologie Quantitative (CREST)