CESSP - Centre européen de sociologie et de science politique


Rechercher




Accueil > Membres > Doctorants > CAGE Agathe

CAGE Agathe

Doctorante CRPS


Centre européen de sociologie et de science politique
CRPS - Université Paris 1
14 rue Cujas
75005 Paris

Contact : agathe.cage@normalesup.org


Thèse

Acteurs hybrides. Production intellectuelle, besoins programmatiques et prises de position : quelle réception par les professionnels de la politique des contributions des intellectuels ?

Directeur : Frédéric Sawicki


Résumé de la thèse

Ce travail s’articule autour de trois approches afin de mettre en évidence le fait que les interactions réussies entre intellectuels et professionnels de la politique ont aujourd’hui comme fondement l’hybridité des acteurs.

La première partie, intitulée « L’espace des think tanks politiques français : l’effacement des frontières come conséquence de l’hybridation des espaces intellectuel, politique et politico-administratif » et consacrée à l’espace français des think tanks, repose sur la combinaison de plusieurs types de sources et de méthodes de travail : élaboration d’une base de données multi-variables, traitée par régressions, relative à l’engagement des membres d’un des think tanks politique de gauche français ; dépouillement des tribunes publiées par les think tanks français et des articles de presse qui leur étaient consacrés ; analyse des réseaux des promoteurs des principaux think tanks français.

La seconde partie, intitulée « Le débat sur la fin de vie ou l’indémêlable imbrication des convictions éthiques et des exigences politiques : l’hybridité au point de rencontre entre l’intellectuel et l’espace politique » et dédiée au débat sur la fin de vie de l’avis du Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé « Fin de vie, arrêt de vie, euthanasie » du 27 janvier 2000 aux élections législatives de juin 2012, s’appuie sur l’analyse de comptes-rendus de séances et d’auditions de l’Assemblée nationale et du Sénat, de rapports parlementaires et autres rapports publics, des avis du Comité consultatif national d’éthique, d’articles de la presse quotidienne et hebdomadaire et d’articles parus dans des revues savantes, et des ouvrages et essais consacrés à la question de la fin de vie. Elle repose également sur un travail d’étude des trajectoires croisées des personnalités les plus impliquées dans le débat sur la fin de vie afin d’aboutir à l’élaboration d’une cartographie de leurs différentes formes d’interventions.

La troisième et dernière partie, qui porte sur la réception de l’ouvrage Pour une révolution fiscale. Un impôt sur le revenu pour le XXIe siècle et les causes de l’échec d’une interaction entre intellectuels et professionnels de la politique qu’elle illustre, est basée sur l’analyse de programmes politiques (sous les formes diverses de livres-programmes, de sites internet, de déclarations publiques, de discours de campagne ou encore de programmes officiels) de candidats du parti socialiste et du parti radical de gauche à des élections législatives et présidentielles ainsi qu’aux primaires citoyennes d’octobre-novembre 2011. Elle a également nécessité un travail sur les parcours de formation des principaux économistes français en lien avec leur place dans les interactions entre intellectuels et professionnels de la politique. Elle repose enfin sur une analyse du contenu des cinquante ouvrages parus au Seuil dans la collection La République des idées entre mars 2002 et mars 2013 au regard de leur thématique principale, de la spécialité de leurs auteurs et de leur capacité à répondre aux besoins programmatiques des professionnels de la politique. Une version provisoire de cette troisième partie est annexée au présent document (« La « Révolution fiscale » : des primaires citoyennes au projet de loi de finances pour 2013, une interaction manquée entre intellectuels et professionnels de la politique par défaut d’hybridation »).

Thèmes de recherche

  • Sociologie des intellectuels
  • Sociologie des organisations politiques
  • Sociologie des think tanks

Formation

  • Depuis juin 2010 : Centre européen de sociologie et de science politique - Doctorante en science politique
  • 2005-2008 : Paris I - Licence 3, Master 1 et Master 2 Recherche Science politique, spécialité Sociologie et institutions du politique

Communications

  • « Le concept de « champ faible », un outil heuristique pour une sociologie des think tanks ? », communication lors du 12e Congrès de l’Association française de science politique (section thématique 57)

Enseignement

  • Septembre 2012 - : Prép-ENA Paris I - ENS - Chargé de cours culture générale
  • Novembre 2001 - Mai 2012 : Sup de Co La Rochelle - Responsable du module « Géopolitique du monde hispano-américain »
  • Octobre 2008 - Mai 2009 : Université Paris I - Chargé de cours espagnol juridique (L3 droit privé)

Valorisation de la recherche

  • « Mais que fait donc la science politique ? », HuffingtonPost, 19 juillet 2013
  • « De quoi politiste est-il le nom ? », Libération, 22 juillet 2013
  • Julie Clarini, « Les espoirs déçus des intellos de gauche », Le Monde, 1er mai 2013
  • Olivier Monod, « Fiscalité : pourquoi le gouvernement n’a pas fait la révolution », L’Express-Chercheurs d’actu, 22 octobre 2013