CESSP - Centre européen de sociologie et de science politique


Rechercher




Accueil > CESSP > Présentation de l’unité > Le CESSP en détail

Le CESSP en détail

mis à jour le 10 décembre 2015

Créé en 2010, le Centre européen de sociologie et de science politique est rattaché à l’Université Paris I-Panthéon-Sorbonne,l’École des hautes études en sciences sociales et le CNRS (UMR 8209). Ce rattachement lui confère un rôle central dans le PRES HESAM, qu’il entend jouer notamment à travers le Labex TEPSIS (Transformations de l’État, Politisation des sociétés, Institution du social) dont il est membre fondateur.

Le CESSP est par ailleurs membre de la Fondation de la Maison des sciences de l’homme.


Les équipes

Le CESSP est issu de la fusion de deux anciennes UMR dotées d’une forte identité historique, le Centre de sociologie européenne (CSE) et le Centre de recherches politiques de la Sorbonne (CRPS).

Pour en savoir plus sur les équipes du CESSP

La recherche au CESSP

Les travaux menés au CESSP relèvent avant tout de la recherche fondamentale et visent à déplacer les frontières de la connaissance, c’est-à-dire à renouveler les connaissances dans des domaines déjà établis, à structurer de nouveaux domaines de recherche (comme les sciences sociales du politique, les social science studies, la sociologie de la traduction), et à assurer la transmission de ces savoirs et surtout de ces savoir-faire aux jeunes chercheurs (doctorants et post-doctorants). Soucieux de diffuser les résultats de ces travaux au-delà de la communauté scientifique, les membres du CESSP consacrent toutefois aussi une part non négligeable de leur temps à présenter ces travaux sous formes orale ou écrite dans des lieux ou des publications destinées au grand public et dans les media, où ils sont souvent invités par ailleurs à commenter des faits de société. Ils en assurent aussi le transfert auprès de professionnels de différents domaines concernés par ces travaux (politiques, journalistes, écrivains, traducteurs, bibliothécaires, professions juridiques, etc.). Les membres du CESSP réalisent par ailleurs régulièrement des expertises (ponctuelles ou sous forme de contrats ou de conventions) pour les pouvoirs publics (ministère des Affaires sociales, le ministère de la Justice, le ministère de la Culture, l’Institut français, etc.).

Les membres du CESSP partagent en effet une conception unifiée des sciences sociales, ne séparant pas l’étude des discours et des pratiques de celle des institutions et des agents qui les génèrent, combinant sociologie historique (spécialité qu’ils ont contribué à renouveler) et approche ethnographique, méthodes quantitatives (prosopographie, analyse des correspondances multiples, qui est une de ses spécialités, analyse des réseaux) et qualitatives. Le croisement des disciplines, sociologie et science politique, a renforcé le travail de constitution des sciences sociales du politique, qui se démarquent des approches purement philosophiques ou électoralistes. L’analyse des niveaux supranationaux et transnationaux, qui s’est fortement développée dans le dernier quadriennal, articule une démarche comparatiste avec l’étude des transferts ou des échanges internationaux, réinsérés dans une analyse des rapports de force géopolitiques et culturels, ce qui en fait la spécificité.

Ainsi, le CESSP se caractérise par une approche à la fois pluri-, inter- et transdisciplinaire de la globalisation, des processus d’internationalisation, de la construction européenne, des marchés, des institutions, des partis politiques, des mouvements sociaux, de la stratification sociale, du genre, des savoirs (notamment en sciences humaines et sociales), de la production culturelle (littérature, cinéma, musique), des médias, de la circulation internationale des biens symboliques. Les croisements disciplinaires ne se limitent pas à la sociologie et à la science politique, mais concernent aussi, selon les objets, le droit, l’histoire, l’anthropologie, l’économie, les sciences de la communication, la philosophie, les études littéraires, la traductologie (translation studies), tant dans les méthodes que dans les collaborations et la réception des travaux menés au CESSP.

Enfin, le CESSP jouit d’un rayonnement international qui s’est renforcé dans le dernier quadriennal grâce au développement de partenariats internationaux avec des universités étrangères, à la construction d’un projet collaboratif européen, à l’organisation de colloques internationaux et au recrutement de nouveaux chercheur.e.s dans l’Unité, qui ont permis d’élargir ses réseaux de par le monde.